No Billag / Non No Billag: ce qu’il faut savoir, ou pas…

Dans la bataille médiatique ou tous les coups sont permis avant la votation du 4 mars 2018 les parties pour ou contre l’initiative s’expriment à grand renfort d’arguments, au travers de leur site internet.

D’un côté il y a No Billag – C’est-à-dire: OUI à la suppression des redevances radio et télévision (Suppression des redevances Billag)

Site officiel de No Billag

avec ses buts:
Plus de liberté de choix
Soulager les entreprises, les employés et les consommateurs
Booster l’économie réelle

et ses arguments…

Chaque personne connaît ses besoins et préférences mieux qu’autrui et sait, de fait, comment dépenser son argent, durement gagné. En forçant tout ménage à payer plus de 450.- CHF chaque année pour une redevance radio et télévision, on porte atteinte à sondroit à l’ autodétermination. Ce qui entraîne une détérioration de sa qualité de vie. La suppression des redevances radio et télévision conduirait à une plus grande liberté de choix et une amélioration de la qualité de vie des citoyens.


et de l’autre Non à l’initiative No Billag

Site officiel de Non à No Billag

avec ses avis sur l’initiative
La redevance, c’est moins cher!
No Billag trompe le public!
No Billag ne fait que des perdants!

et ses arguments…

Si la Suisse devait accepter l’initiative « No Billag », les principaux perdants seraient les auditeurs et téléspectateurs. Ils devront payer plus cher que la redevance pour avoir accès à des émissions moins diversifiées et dispersées sur de nombreuses chaînes. Ils devront supporter plus de publicité. La plupart des émissions qu’ils aiment auront cessé d’exister car elles ne sont pas rentables. Les images de leur région disparaîtront des écrans, ils n’auront plus de reflets sonores ni d’accompagnement radio pendant la journée ou lors de leur déplacement en automobile.


Deux sites, deux combats, deux enjeux et au milieu les citoyens qui doivent peser le pour et le contre au gré des informations contradictoires.

Alors que les sondages effectués en fin d’année 2017 désignaient largement les partisans de No Billag en tête des votations la situation vient de basculer.

Selon la première enquête Tamedia sur les votations fédérales du 4 mars prochain, 59% des électeurs prévoient de dire «non» au texte exigeant la suppression de la redevance radio et TV, contre 40% qui envisagent de glisser un «oui» dans l’urne.

C’est ce qui s’appelle un retournement de situation. Largement derrière lors de deux sondages réalisés à la fin de l’année dernière, les opposants à l’initiative «No Billag» font désormais la course en tête.

Le groupe de médias suisse Tamedia a mené sur ses plateformes d’information le premier sondage, toutes marques confondues, relatif aux votations fédérales du 4 mars 2018. 15’197 personnes de toute la Suisse ont participé en ligne au sondage le 15 janvier. La marge d’erreur est de 1,1 point.


Vents défavorables pour l’initiative No Billag

L’initiative No Billag fait l’objet de discussions controversées depuis plusieurs semaines déjà. Selon le sondage Tamedia, les défenseurs du projet de loi sont à la traîne: 59 pour cent des votants rejettent la suppression des redevances radio et télévision; 40 pour cent y sont favorables.

Les personnes majoritairement favorables au projet de loi sont les partisans de l’UDC: selon la première vague de sondage, 73 pour cent d’entre eux sont pour. Les électeurs de tous les autres grands partis rejettent en majorité l’initiative populaire. L’exemple le plus parlant concerne les votants du PS et des Verts (82 pour cent sont contre).

On observe un fort contraste entre les différentes régions linguistiques: alors qu’en Suisse romande, seulement 35 pour cent des votants soutiennent l’initiative No Billag, en Suisse alémanique, ils sont 42 pour cent.

Majorité pour le régime financier

Jusqu’à présent, l’arrêté fédéral concernant le nouveau régime financier 2021 n’a guère été discuté publiquement. Cela se ressent aussi dans les résultats du sondage: un quart (25 pour cent) des personnes interrogées n’a pas donné d’informations concernant ses intentions de vote. Cependant, le «oui» semble déjà l’emporter: à l’heure actuelle, 54 pour cent sont favorables tandis que 21 pour cent ont tendance à s’y opposer.

Sondages sur les votations détaillés de Tamedia

Les sondages Tamedia sur les votations sont réalisés en collaboration avec LeeWas GmbH, la société des politologues Lucas Leemann et Fabio Wasserfallen. Ceux-ci pondèrent les résultats des sondages en fonction de variables démographiques, géographiques et politiques, de manière à ce que l’échantillon corresponde à la structure de l’électorat. Les résultats font l’objet d’une évaluation immédiate, afin que les quotidiens et les plateformes de news de Tamedia puissent rapidement en rendre compte en s’étayant sur des bases précises.

Médias Tamedia participants

Suisse romande: 20 minutes, 24 heures, Tribune de Genève et Le Matin/Le Matin Dimanche

Suisse alémanique: 20 Minuten, BZ Berner Zeitung, Der Bund, Tages-Anzeiger, SonntagsZeitung et ZRZ Zürcher Regionalzeitungen

Tessin: 20 minuti

Source: nobillag.ch/non-nobillag.ch/Tamedia