Les Segway et les monocycles électriques sont chassés des trottoirs et des zones piétonnes

Les « Superpiétons » qui sillonnaient la ville sans efforts sur leur Segway ou leur monocycle électrique  slalomant parfois à vive allure entre les usagers qui se trouvaient sur les trottoirs et les zones piétonnes, sont désormais  assujettis à la loi sur les cyclomoteurs.

Ils doivent à présent  circuler sur la route ou sur les pistes cyclables mais ils  sont malheureusement aussi admis sur des aires communes pour les piétons et les cyclistes car ils sont sur le même pied d’égalité que les vélos électriques légers.

Lien vers l’ordonnance du 1er juin 2015.

L’OFROU (office fédéral des routes)  justifie sa position: «Nous pensons à la sécurité des personnes les plus vulnérables, indique Thomas Rohrbach, porte-parole. Un engin qui peut rouler à 20 km/h représente un danger pour ces personnes sur les trottoirs et autres zones piétonnes.

L’attention du Forum Handicap Visuel est fixée  sur cette loi car elle est en complète contradiction avec la sécurité des usagers qui circulent  sur des aires communes pour les piétons et les cyclistes.

Certains engins à l’apparence trompeuse compte tenu qu’il en existe une version sans moteur peuvent mettre en péril les personnes qui ne savent pas quelle vitesse ils peuvent atteindre. C’est le cas des e-trott (trottinettes électriques) qui  sont actuellement en plein essor.  Elles sont  sont autorisées dans les espaces communs  pour les piétons et les cyclistes et sont à tort considérées comme un jouet par le public alors  qu’elles peuvent atteindre la vitesse de 25km/h. pour les modèles les plus sophistiqués.

Contrairement au vélos électriques traditionnels ainsi que les Segway et autres gyropodes, elles ne font actuellement l’objet d’aucune plaque de contrôle  et ne sont pas soumises à l’assurance obligatoire ce qui engendre déjà des conflits entre les différents protagonistes lors d’accrochage avec un autre véhicule ou un piéton.

L’association Mobilité piétonne s’inquiète depuis de nombreuses années de l’essor de ce type de véhicules (e-bike, e-trotinnette, segway, rikshaw).

Les réponses à l’interpellation déposée au Conseil national   le 1er juin 2015  par le  conseiller national Thomas Hardegger, président de l’ association Mobilité piétonne sont fort décevantes.

Lien vers l’interpellation du 01.06.2015 du conseiller national Thomas Hardegger et réponse  du 12.08.2015 du Conseil fédéral